Une vague rose et un UMP morose...

Publié le par Pencil et Pinouac

Alors voilà, toute chose a une fin ! Ainsi, les élections municipales sont terminées et l'heure du bilan est arrivée. Et bien la défaite annoncée de l'UMP, s'est confirmée, tout comme celle de notre béarnais national François Bayrou à la mairie de Pau. La vague rose fait mouche à l'UMP où les règlements de compte font loi (il faut trouver un responsable à cette défaite, que des têtes tombent et cela même au sein d'un parti qui se dit soudé ou du moins se disait). Côté modem, la traversée d'une zone de turbulence n'est pas encore finie.
Quant au PS, voyez-vous, je pense que la page des municipales est tournée sereinement, les regards sont dorénavant tournés vers le calendrier interne et l'élection de leur nouveau secrétaire général à l'Automne prochain (si la victoire rassure, la division socialiste va perdurer encore quelques mois).

Mais ces résultats ont été largement commentés par des journalistes, politologues plus compétents que moi, donc je ne vais pas m'étendre sur une interprétation plus poussée de cette échéance électorale.

Je préfère revenir à parler de "vous savez qui". Car oui, loin d'Hollywood et de ses scénaristes en colère, je tiens à vous prévenir que depuis hier, est diffusée sur toutes les "bonnes" (clin d'oeil) chaînes de télévision, la nouvelle saison de "Moi, Nicolas, Président de la République" soit la quatrième. Et oui déjà, vous allez me dire, il est comme ça. 

Pour les retardataires, un petit résumé de la dernière saison s'impose. A la fin de la saison 3, il y a donc quelques semaines, on se demandait si oui ou non, les élections municipales relevaient d'un enjeu plutôt local ou national et surtout si un remaniement ministériel serait envisagé.
Et là, fan que je suis, j'avais dit que je pensais qu'un remaniement ne serait pas vraiment une bonne solution dans le sens où il ne faut pas faire un mélange des genres, une confusion entre les différents scrutins et surtout que cela décrédibiliserait la fonction de ministre dans une certaine mesure.

Spoilers (rumeurs) ou pas ?

Et bien, comment faire quand on veut faire un ménage de printemps sans pour autant désavouer ce que l'on a déjà entrepris ? Et bien, on entreprend un remaniement soft où, à défaut de remercier ses ministres ou ses conseillers (à quelques exceptions près), on injecte du "sang neuf" dans le gouvernement via la création de nouveaux postes. Intéressant quand on sait qu'il y a à peine un an, on fustigeait quant au nombre trop important de ministres. Ensuite, je ne peux m'empêcher de sourire lorsque j'entends qu'il y a du neuf dans ce gouvernement mais je me fais l'avocat du diable certes. En effet, Anne-Marie Idrac faisait partie du gouvernement Juppé jadis, Nadine Morano n'a certes pas fait partie auparavant d'un gouvernement, mais je pense que cette personne adepte des paroles assassines est une figure incontournable de l'UMP dont son style expéditif ne peut que plaire à notre Nicolas national.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rébus 19/03/2008 07:04

l'arrivée de Morano au gouvernement est un signal fort sur la volonté du gouvernement de faire une politique de proximité. Elle prouve que vous pouvez être vulgaire et pas très futée et occuper des responsabilités. Nadine comme son boss parle comme les "vrais gens" comme ils disent.
Mieux, ils parlent comme au Café du Commerce. Une belle leçon d'espoir...J'ai dit une connerie ?